Aller au contenu principal
22 septembre 2011 / sebmayoux

Reflexions diurnes…

C’est fou comme être physiquement inoccupé peut vous permettre de faire le point sur vous-même et ce qui vous entoure.

Il est 22h06, j’ai quitté le repas pour m’isoler dehors. J’ouvre une bière et m’allume une clope. J’entends les collègues qui mangent dans la tente derrière moi. Ils rigolent, ils boivent, etc… Mais moi je n’ai pas le goût de me joindre à eux. Depuis quelques temps, je réfléchis beaucoup. Cela m’a plongé dans une sorte de léthargie mentale pré-depressive: j’ai envie de changer d’air.

Coucher de soleil

Coucher de soleil en Ossétie

Pour penser à autre chose, j’ouvre le New York Times, ramené par l’américain du camp. Il date de 3 mois, avant notre départ pour la Géorgie. Plus vraiment d’intérêts ce journal: les news ne sont plus vraiment fraîches. Mais je le feuillette quand même, cela occupe toujours l’esprit.

Me tenant au courant des dernières news via internet, je vois que rien n’a changé depuis 3 mois. On y retrouve la crise économique et la dette grecque dans les pages économiques, les pirates somaliens et la Palestine dans la rubrique « International »…

Tiens, la Palestine ! Voilà un conflit armé que j’ai toujours connu. Depuis ma venue au monde, je n’ai jamais connu cette partie du globe en paix.

Je m’allume une autre cigarette et, les yeux plongés vers l’horizon, je me mets à penser au conflit Israelo-Palestinien. Demain, Mahmoud Abbas va déposer sa demande d’adhésion à l’ONU en temps que pays. Demande qui a peu de chances d’aboutir, en raison du refus probable des Etats-Unis. Accusé d’avoir pris de la distance avec Israel pendant son mandat, Barack Obama a laissé entendre qu’il ne se prononcerait pas favorablement à la demande d’Abbas (sans doute pour prouver à son électorat qu’il n’abandonne pas totalement Israel).

J’ai vu les murs que l’état hébreux a fait à Gaza, faisant de cette bande de terre une gigantesque prison à ciel ouverte, n’ayant rien à envier aux goulags staliniens.

J’ai vu les massacres de Sabra et Chatila. J’ai vu ces milliers de réfugiés palestiniens , devenu apatrides, fuire au Liban.

J’ai vu ces militaires tirer à balles réelles contre des civils à la frontière Israelo-libanaise.

J’ai vu les chars d’assaut répondre au jet de pierre. Les bomberdements meurtriers répondre à des roquettes artisanales.

J’ai vu ces attentats suicides à Jérusalem, à Tel-aviv ou à Ramallah.

Bref, il faut que cela s’arrête. Ce conflit n’a plus lieu d’être..

Et si j’allais là-bas. Je suis sûr qu’il doit y avoir des missions pour nous. Et au moins s’ennuiera moins qu’ici…

Un de mes collègues me sort de mes pensées. Ils viennent de finir de manger. Il me propose une petite belotte… Pourquoi pas! On ne peut pas dire que j’avais vraiment mieux à faire ce soir….

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :